WHERE TO INVADE NEXT?

Publié le par CERISETTE

Vu au cinéma Saint André des Arts, quartier plus que sympa, le dernier film de Mickael MOORE:

Je suis bien certaine que les américains n'iront pas voir ce film qu'ils jugeront très communiste et que les européens penseront qu'il s'agit d'un film sur l'impérialisme américain. Rien de tout ça n'est vrai. Même pour nous, c'est plutôt salutaire et même psychologiquement adapté de nous montrer tout ce qui va bien chez nous.

Le pitch c'est qu'à bord de Navy One, Mickael Moore songe à nous envahir, et c'est l'occasion de vérifier toutes sortes de bonnes idées réellement mise en place en Europe, sans s'attarder sur ce qui va mal. Je le dis tout de suite, pour la France ce ne sont pas que les cantines scolaires, (où on sert des coquilles saint Jacques et des plats à faire rêver un américain de base) mais aussi l'éducation sexuelle (on ne prône pas l'abstinence comme moyen de contraception, ce qui est le cas aux US, avec des résultats désastreux car beaucoup de filles sont enceintes sans l'avoir voulu), et ....les impôts, certes légèrement supérieurs à ceux des US mais comparativement aux services publics donnés en échange, nous ne payons pas très cher (alors que leurs impôts sont engloutis dans l'industrie de l'armement). Ce qui m'a touchée c'est un papa norvégien dont le fils avait été tué par le fou d'extrême droite et qui ne demandait pas la peine de mort pour le meurtrier, au demeurant "seulement" condamné à la peine maxi de 21 ans (il aurait écopé de la peine de mort aux US et si non à 850 ans de prison). C'est aussi l'occasion de voir comment l'Allemagne parle de son passé, et pas seulement avec le monument de la Shoh à Berlin, mais aussi dans l’éducation donnée aux enfants. Il y a aussi l'Islande dont tous les banquiers véreux ont réellement été mis en prison (ce n'est pas le cas des guys de Goldman Sachs) et où la seule banque qui n'a pas trempé dans le désastre était tenue par des femmes qui avaient pour ligne de conduite de ne pas acheter des produits financiers qu'elles ne comprenaient pas. Et, enfin , la Tunisie où les femmes ont depuis 1963 le droit à la contraception et à l'avortement, envers et contre tout (alors que ce droit est sans cesse attaqué aux US);

Croyez moi, on se sent mieux de ce coté là de l'Atlantique après avoir vu ce film. ("on this side of the pond!"

Publié dans cinéma, spectacles

Commenter cet article