Chroniques d'un désastre (partie 2)

Publié le par CERISETTE

Chroniques d'un désastre (partie 2)

suite ....

28 février 2020 : Aurélien Rousseau de l’ARS Ile de France

« Nous nous préparons de façon très active, même s’il est impossible de dire quand cette phase pourrait arriver. Nous sommes en train de renforcer notre système de santé pour être capables d’accueillir tout le monde » Je le répète mais c’est primordial : une personne ne doit pas arriver à l’hôpital sans avoir été en contact au préalable avec le 15, qui organisera son accueil et sa prise en charge. Appeler le 15 est la seule procédure qui nous permettra de soigner les personnes dans des conditions de sécurité totales pour les soignants. Annuler les manifestations sportives n’est pas une mesure qui s’impose à cet instant, en stricts termes de santé publique. Porter des masques dans la rue non plus.

1 mars 2020 le Louvre doit rouvrir

Inquiet de l'épidémie de coronavirus, le personnel du Louvre a voté un droit de retrait dimanche, et les portes du musée sont restées fermées. Une erreur, selon l'épidémiologiste William Dab, qui estime sur Europe 1 que "le droit de retrait n'a pas été prévu pour gérer ce type de situation et n'est pas la bonne réponse à l'épidémie".

Mais bon, on s'en fiche, nous on ne parle que de la cérémonie des CESARS et d'une actrice qui quitte la salle, scandalisée par le prix reçu par POLANSKI !!

02 mars 2020 : toujours pas droit au retrait

Élisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et des Transports, a répondu en appelant à reprendre le "dialogue social" : "Les entreprises ont des instructions qui sont données par les pouvoirs publics (…) sur les dispositions à prendre compte tenu de cette crise du coronavirus. Quand les entreprises respectent ces consignes, le droit de retrait ne s’applique pas. J’invite chacun à reprendre le dialogue social au sein des entreprises pour pouvoir partager avec la direction".

3 mars 2020 : pas de psychose

Selon le docteur CYMES à France 2,  "il n'y a pas de psychose à avoir." "On connaît de plus en plus ce virus malgré des zones d'ombre. Il ne donne dans l'énorme majorité des cas rien de plus qu'un syndrome grippal", assure-t-il. S'il regrette "un matraquage médiatique qui n'arrange pas les choses"

4 mars 2020 : et on continue encore et encore

Une trentaine de contaminations sont relevées parmi les participants à la réunion évangélique de Février 2020 à Mulhouse.

5 mars 2020 : les enseignants doivent continuer

En Italie, pays le plus touché par l'épidémie de Covid-19 en Europe, tous les établissements scolaires et universitaires resteront fermés jusqu'au 15 mars. Une stratégie qui n'est pas "adéquate" dans l'Hexagone, a jugé Jean-Michel Blanquer.

A la Fashion WEEK , Carla Bruni tousse au nez de tous en riant : “On se fait la bise, c’est dingue ! Parce qu’on est de la vieille génération nous, on n’a peur de rien, on n’est pas féministe, on craint pas le coronavirus, nada.”.

Un député est atteint, on l’annonce en réanimation.

7 mars 2020 : on dirait bien une épidémie !

Cinq nouveaux morts du coronavirus ont été recensés en France samedi 7 mars, portant à 16 le nombre de décès liés au virus dans l'Hexagone. 45 cas se trouvent en réanimation tandis que 949 personnes sont à ce jour contaminées.

8 mars 2020 : en Italie, c’est toujours l’Italie

Le gouvernement italien a demandé, ce dimanche 8 mars, la mise en quarantaine d'un quart de la population.

9 mars 2020, Gérald Kierzek  sur LCI :

 

Nous entendons beaucoup parler des décès liés au coronavirus. Qu’en est-il de la guérison ?

Nous commençons à bénéficier de chiffres de mortalité, et donc de guérison, beaucoup plus précis que ceux que nous avions au début. Au départ, la mortalité était de l’ordre de 10%, puis de 3,4%. Maintenant, elle est largement inférieure à 1% !

Comment guérit-on du coronavirus ? Le virus se rapproche de celui de la grippe. Ils se transmettent de la même manière et les symptômes sont les mêmes. Cela se guérit donc de manière similaire : sans rien faire.

11 mars 2020 l'Allemagne s'inquiète, SI BETE a des idées

La chancelière allemande Angela Merkel a affirmé mercredi qu'entre 60 et 70% de la population sera infectée par le nouveau coronavirus. Concrètement, des prêts sans limites garantis par l’État seront accordés aux entreprises confrontées à une chute de leurs carnets de commandes, à hauteur de 550 milliards d’euros. Et ce n’est qu’un début.

Avertissement donné par Matteo Renzi sur CNN mercredi 11 mars : “Ne faites pas la même erreur que nous”: L’ancien Premier ministre italien estime qu’il ne faut pas courir le risque de “perdre du temps” pour contenir l’épidémie de coronavirus, comme l’Italie a pu le faire.

Sibeth Ndiaye à la sortie du Conseil des Ministres provoque l’indignation de nos voisins italiens. “L’Italie a pris des mesures qui n’ont pas permis d’enrayer l’épidémie” dit-elle. Sur Twitter, la journaliste Lia Capri invite la France à se montrer “moins présomptueuse” et à s’abstenir de “donner des leçons” quand des milliers de fans de PSG sont autorisés à se rassembler dans les rues de Paris pour fêter la victoire contre Dortmund.

 

12 mars : on en arrive à des demies mesures

Le 12 mars, Michel Blanquer, le ministre de l'Éducation nationale assure au micro de France Info : « nous n'avons jamais envisagé la fermeture totale de toutes les écoles de France ».

Le soir, Macron s’exprime à la TV. Il confirme les propos de son ministre de l’éducation ( !!!) en décidant la fermeture de toutes les écoles du pays. Il invite les Français à faire preuve de civisme et à limiter leurs interactions sociales tout en invitant 44 millions d’électeurs à se rendre aux urnes le dimanche suivant.

Commentaire Atlantico : « La pédagogie a été ratée, infantilisante et contre-productive. On assiste tout de même à un phénomène de misérabilisme social eu égard à la prévention : incompréhension totale, égoïsme, manque de civisme ; il faut le voir pour le croire. »

13 mars 2020 : il ne faut toujours pas s’affoler

Professeur Gilbert Deray, de l’Hôpital Pitié-Salpêtrière : » je ne suis pas inquiet quant aux conséquences médicales du coronavirus. Rien dans les chiffres actuels sur la mortalité et la diffusion du virus ne justifie la panique mondiale sanitaire et surtout économique ».

14 mars 2020 : le premier ministre complète

Une pétition, créée le 12 mars sur le site change.org, a été lancée pour demander le report des élections municipales des 15 et 22 mars prochains. Sans succès, les élections auront bien lieu.

Edouard Philippe s’adresse aux français à 19 h 30  :

« Nous observons d’autre part que les premières mesures prises de limitation des rassemblements sont imparfaitement appliquées….Nous avons vu trop de gens dans les cafés, dans les restaurants. En lien avec le Président de la République, j’ai donc décidé, jusqu’à nouvel ordre, la fermeture à compter de ce soir minuit de tous les lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays. Il s’agit notamment des restaurants, cafés, cinémas, discothèques. »

Les restaurateurs jetteront des quantités de provisions préparées pour le week end.

15 mars 2020 les fameuses élections

55% d’abstention au 1er tour des municipales ! Sibeth Ndiaye se félicite de «ce moment démocratique».

Dimanche 15 mars, les élections étaient maintenues et le soleil au rendez-vous. Ce qui a fait que les Parisiens ont profité des parcs et des espaces publics.

16 mars 2020 : le confinement

Macron appuie ses décisions sur son « comité scientifique : » dont on découvre l’existence.  Il n'y figure aucun pneumologue, alors que le coronavirus attaque les poumons.

Les media se gargarisent des incivilités des français, qui, au sortir des urnes sont allés se promener !

Il faut punir sévèrement : 135 euros si on n’a pas rempli son auto-déclaration.

17 mars 2020 : la bombe

AGNES BUZYN ferme la porte du QG de sa campagne avec ces mots :

« Quand j’ai quitté le ministère, assure-t-elle, je pleurais parce que je savais que la vague du tsunami était devant nous. Je suis partie en sachant que les élections n’auraient pas lieu. » A mots à peine cachés, l’ex-ministre de la santé reconnaît ce qui la déchire : fallait-il abandonner son poste en pleine tempête, alors qu’elle devinait le drame à venir ? « Je pense que j’ai vu la première ce qui se passait en Chine : le 20 décembre, un blog anglophone détaillait des pneumopathies étranges. J’ai alerté le directeur général de la santé. Le 11 janvier, j’ai envoyé un message au président sur la situation. Le 30 janvier, j’ai averti Edouard Philippe que les élections ne pourraient sans doute pas se tenir. Je rongeais mon frein. »

21 mars 2020 : on passe commande

Annonce de Olivier Véran :  la France a commandé 250 millions de masques qui seront livrés « progressivement ». Il en faut 24 millions par semaine donc de quoi tenir 2 mois, si on les reçoit.

Sibeth Ndiaye explique qu’une décision de Fillon a provoqué la pénurie de masques en France. Elle dit que les masques ne sont pas nécessaires et qu’elle-même ne sait pas les utiliser car elle n’a pas reçu de formation !

22 mars 2020 : toujours rien

On n’a ni tests ni masques, ni place dans les hôpitaux. « Nous sommes au bout d’un système, il va falloir faire des choix sur nos critères d’admission, non seulement en réanimation, mais tout simplement dans une structure hospitalière »."

A Lisses, dans l'Essonne, une expérience est tentée : le «drive-corona» permet de se faire dépister en restant à l'intérieur de son véhicule.

91.824 infractions ont été comptabilisées pour non-respect du confinement. On durcit les amendes qui peuvent aller jusqu’à 1500 euros et 6 mois de prison !!!

674 décès  en France (en moyenne 110 de plus chaque jour)

 

Publié dans Humeurs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article