AULCIE (film Israel 2019)

Publié le par CERISETTE

AULCIE (film Israel 2019)

Voilà un film que j’ai failli ne pas voir ! J’avais des préjugés, non pas sur le personnage, mais sur le thème. Les sports, c’est pas mon fort, je n’y connais rien et globalement je n’arrive pas à m’y intéresser. Et il s’agit du destin d’un basketteur dont le nom ne m’évoquait strictement rien.

AULCIE PERRY a été un formidable basketteur, une légende, un joueur incroyable capable de faire gagner à lui seul tous les championnats d’une équipe. Et c’est donc son histoire.

Jusque-là, j’avais dans la tête que je n’allais pas me passionner. Oui mais ce joueur exceptionnel, ce joueur né, ce basketteur hors pair est né aux USA, en Caroline du Nord, dans une période et un Etat d’apartheid. Est-ce pour ça qu’il n’a jamais été recruté dans une très grande équipe aux USA ? L’histoire ne le dit pas, mais il a été repéré (nous sommes dans les années 1970) par un entraineur israélien qui a tout de suite compris à quel phénomène il avait à faire. Immédiatement, il a pensé : Il faut que D.eu me donne ce joueur et lui a proposé de  venir en Israël, dans une équipe MACCABI (toutes les équipes s’appellent MACCABI en Israël).

C’était déjà très étrange de recruter un noir américain pour Israël, en raison de la petitesse du pays et de sa petite réputation sportive de l’époque. L’entraineur n’a vu que le potentiel de ce jeune homme et s’est dit qu’il fallait un joueur de cette trempe en Israël.

Aulcie, refusé aux USA, s’est dit qu’il valait mieux aller travailler en Israël que de ne rien faire aux US. Et voilà notre Aulcie, qui mesure 2 m 08 , en Israël où il devient quasi immédiatement le chouchou de toute la nation. A cause de ses compétences sportives, mais aussi, tout le monde le dit, de ses grandes qualités humaines. C’est une mascotte adorée des Israéliens qui deviennent fanas de ce grand gaillard au sourire débonnaire. Les succès s’enchainent. Il est porté aux nues. Les blagues juives fusent. C’est fait, il est adopté.

On lui présente même une femme, une mannequin, presque à sa taille, Tami Ben Ami. Une fille gigantesque aux jambes démesurées. C’est l’amour fou, passionnel, et c’est le couple du siècle. Elle, juive blanche , très belle, très très élancée, lui l’américain gentil tout en bras, en mollets et en cuisses, deux araignées donc, si beaux, si bien assortis, des gagnants ! .

Tout sourit à ces deux-là. Pour l’amour de Tami, Aulcie se convertit au judaïsme. Il raconte que , comme il était déjà circoncis, il a juste fallu un peu de sang pour sceller l’alliance.

Tout allait trop bien. Aulcie a eu mal au genou comme tous les athlètes de haut niveau. Il prend des anti-douleurs, beaucoup, trop. Bref il plonge dans la drogue. C’est une descente aux enfers. Il est finalement renvoyé d’Israel et doit retourner aux USA, où il n’est plus rien qu’un grand noir drogué, et plus du tout le génie chouchouté du basket.

En peu de temps, il se retrouve sous les verrous pour 10 ans. Ce qui lui laisse le temps de se désintoxiquer et de réfléchir au sens de la vie. S’il n’avait pas été pas connu en Israël, il aurait pu finir sa vie dans la déchéance totale car il est bien difficile de se réhabiliter aux USA après une peine de prison.

Mais voilà, Israël se souvenait de cet enfant d’adoption. Il y aura bien un rebondissement….mais je ne veux pas spoiler la suite…

J’ai adoré ce documentaire, vraiment très bien écrit, avec un travail de recherche d’images formidable et un suspens incroyable. C’est l’histoire vraie d’une destinée d’homme, avec ses moments de gloire et ses défaites, ses bonheurs et ses cauchemars, ses amours et ses abandons. Une leçon d’humanité.

Publié dans cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Corinne PIOT 02/02/2021 10:16

Bonjour Cerisette,
Très souvent après vous avoir lu, je suis désireuse de découvrir livres et films. Pourriez-vous me dire où regarder Those who remained ainsi que Aulcie. Merci par avance et à très bientôt.
Corinne Piot

cerisette 02/02/2021 11:19

J'ai tout vu dans le cadre du festival du film juif auquel je m'étais inscrite pour pouvoir voir, de chez moi, les films qu'habituellement on voit dans une salle du XVI eme chaque année. Voilà le lien mais c'est fini pour cette année.https://www.fffj.fr/welcome; ceci étant il doit être possible de retrouver ces films sur une plate forme de type HBO