Quelle expérience de confinement vivons nous? (épisode 5 suite)

Publié le par CERISETTE

Quelle expérience de confinement vivons nous? (épisode 5 suite)

Voilà la suite et fin (provisoire) de notre enquête sur ce que nous apprenons en confinement. Voir les autres épisodes ici, ici, ici, ici et ici) .

Il s'agit de témoignages d'amis de Frédéric, interessants et même précieux parceque divers et vivants.

Certains y trouvent le temps de reconnecter avec d'autres, ceux qu'ils aiment:

 

C. Confinée seule, télétravail

Le confinement me fait découvrir que - peut-être - l'apparente indifférence des gens est due à un manque de temps. Ces dernières semaines j'ai eu des nouvelles de personnes qui n'en donnaient plus depuis longtemps.... une vision positive des choses ....

 

C. Confinée seule, télétravail

Ton enquête m’a devancée, j’y pensais justement. Que m’apprend l’expérience du confinement ?

Je dirais qu’elle m'apprend à prendre encore un peu plus soin de tous ceux qui m'entourent, de près comme de loin, de leur apporter mon aide.

J'ai délaissé les réseaux sociaux, les sms, pour réapprendre à utiliser mon téléphone, à communiquer par la voix, faute de pouvoir se voir. Cet organe qui nous permet un échange direct, une communication fluide, des rires, des futilités, des pleurs, des souvenirs, est un grand soutien pour chacun de nous. Prendre à nouveau le temps, puisque nous l'avons par la force des choses, de renouer avec l'essentiel, "le lien par la voix" !

Elle m'apprend également que l'humanité n'est pas aussi noire que ce que l'on veut nous faire croire, centrée sur "son moi", mais ouvert sur la solidarité, l'entraide, la main tendue vers tous ceux qui en ont le plus besoin dans mon pays dont je suis fière et qui me fait chaud au cœur, comme partout dans le monde.

Nous vivons une situation grave, totalement inédite, dont aucun gouvernement, aucun d'entre nous, n'ont jamais eu à faire face sur une si grande échelle. J'aimerai voir, lire, entendre sur les réseaux sociaux et dans les médias, plus d'optimisme et moins d'accusations. La critique est aisée, mais l'art est difficile !

Le lien par la voix pour mieux se retrouver après !

M. confiné à deux, télétravail

Que m’apprend le confinement ?

Je ne sais pas ce qu’il m’apprend mais il m’amène à m’interroger sur beaucoup de choses

Il fait beau, nous pouvons aller nous ravitailler pour tous les apéro virtuels (ou non pour d’autres) et j’entends parler de « souffrances »

Toutes ces personnes qui souffrent ont des dizaines ou centaines d’amis sur les réseaux sociaux mais sont subitement confrontés à leur incapacité à communiquer en tête à tête, autour de la table. Depuis des décennies l’information s’organise autour du misérabilisme ou du catastrophisme, ce qui fait vendre. En ces temps de confinement je pense à ces libanais, syriens et tous les autres qui sont confinés dans des caves sous les bombes, j’ai une pensée pour nos parents qui ont connu la même chose.

Je m’estime heureux et bien loti.

Le confinement génère soi-disant des mouvements de support, de compassion envers les soignants. Oui, nous les applaudissons.

Les français ont aussi applaudi les forces de l’ordre de la même manière après les attentats.

Pendant 18 mois de gilets jaunes, la France a cassé du flic… que reste-t-il des applaudissements ?

Combien de temps après le confinement faudra-t-il aux français souffrant de bobologie  pour insulter les infirmiers, les médecins des urgences parce qu’ils ne les recevront plus avant les autre car ils ne seront PLUS IMPORTANTS ?

Le confinement est un révélateur du nombrilisme, et exacerbe le « oui mais ».

Le Skate parc est plein à côté de la maison, les gens font leur footing « Oui mais » je suis seul, oui mais ils ont bien le droit oui mais….

Le confinement en quelques mots : Egoïsme, égocentrisme, incapacité à communiquer. 

Si un conflit militaire devait se déclarer les premiers morts ne seraient pas dus à « l’ennemi »

Pour notre part avec V, tout se passe bien. Elle découvre « les joies » du télétravail, nous profitons de notre terrasse, je fais du vélo dans le garage tous les matins, elle fait sa gym et ce qui lui est important. Nous passons du temps ensemble et nous en sommes heureux.

 N.  Confinée, seule, télétravail

Sur le plan personnel, j'ai le sentiment que le temps s'est arrêté. Mais n'est-ce pas une illusion ? car finalement le télétravail est dévoreur de temps. On regarde l'heure et il est déjà 18h !

Avant j'avais l'impression de vivre dans un monde accéléré, mais n'était-ce pas tous ces rituels le problème !? levée, douche, maquillage, trajet voiture, pause déjeuner rapide sur le coin de la table, reprise plus ou moins lente pour finir en accéléré sur un retour tardif où il reste peu de place pour la vie privée, s'évader dans un film ou s'enivrer avec une série jusqu'à une heure du matin...On avale la journée en deux temps trois mouvements et c'est déjà le matin. Pas le temps de respirer, de s'écouter, on est robotisé.

Vivre à la campagne tout en étant en ville. Et bien oui c'est possible.... En période de confinement, car c'est le seul moment où tu peux ouvrir ta fenêtre de chambre, sans avoir peur d'être réveillée par le bruit des camions livreurs, quoi que j’aie parlé un peu trop vite, ceux-là font partie de la bande des réquisitionnés ou par le bruit des talons, la ruée des jeunes écoliers, ouf ceux-là sont bien chez eux. En confinement, tout est possible !....faire une conf call en pyjama, sans passer par la douche et sans maquillage à condition d'être positionnée à contre-jour, c'est quand même top!! 

Pour ne pas tomber dans le piège de la prise de poids, tu pars faire tes courses en pleine affluence jusqu'à ce que tu jettes l'éponge, et que tu sortes de la longue file d'attente pour rentrer chez toi, du coup sans chocolat, et finir par sortir le bocal d'haricots verts sur la deuxième rangée du placard, certainement périmé....mais, au moins, le lendemain, la balance ne t'annonce pas de mauvaises nouvelles comme à la télé,  que tu finis d'ailleurs pas ne plus allumer aux heures de pointe. Tu restes sur Netflix, mariée à ta série, qui, si elle se termine, fait place à une autre puis une autre. 

Puis ton corps sonne la sonnette d'alarme. Comment mettre de l'huile dans la machine ? Les noix, les avocats... ne suffisent pas ! Les rituels sportifs et méditatifs manquent à l'appel ! Ce ne sont pourtant pas les cours sur le net qui manquent ! 

Alors c'est quoi le problème ? pas le manque de temps puisque tu gagnes une heure de préparation le matin, 1h30 de trajet.... soit au moins 2h30 par jour. 

Mais c'est sûrement cette putain de MOTIVATION ! que tu ne peux même pas trouver dans les prochaines vacances qui seront certainement annulées !

Et puis, il y a ces applaudissements.... qui te rappellent que tu es en confinement. Ah oui c'est vrai, la situation est grave. Une partie de la population ne connait pas le confinement. Et tu te dis que tu es une sacrée privilégiée. Tu penses à toute cette solidarité. Et ça fait du bien.

Et puis, il y a tous les partages sur Facebook, WhatsApp et Messenger....Les réseaux sont envahis par la colère mais aussi par la créativité. Il y a un problème de masques ? et bien voilà comment en fabriquer ! tu n'avais plus de nouvelles d'untel et tu découvres tout d'un coup qu'elle donne des cours de yoga ! 

Les blagues sur le Corona sont comme les feuilles mortes.... Elles se ramassent à la pelle, les mêmes qui tournent en boucle et qui nous soudent…mais la colère est toujours omniprésente, les pétitions continuent à pleuvoir, l'espoir que des têtes tombent demeurent intact voire s'intensifie...Les GJ ne trainent plus dans les rues mais empruntent d'autres tunnels, complètement saturés tellement la résistance est toujours là et ne lâche rien. Ça bouillonne !....et en même temps l'atmosphère est lourde et pesante, comme tous les sujets que l'on a peine à suivre tout s'enchaîne à la vitesse du Corona. On est sur le qui-vive. Du coup le confinement t'empêche de respirer mais t'excite en même temps. Jusqu'où allons-nous, quand verrons-nous le bout du tunnel ? C'est ça la guerre ? 

Alors la  guerre , quelles impressions, quelle action, quel quotidien?

Il est déjà 6h. quel rôle vais-je devoir jouer dans cette guerre silencieuse : une petite recrue. L'heure est à la contagion. Le déguisement n'a pas fonctionné. Je suis réquisitionnée. Tout le monde reste bien chez soi ou presque. Mais il y a toujours des résistants en temps de guerre, les conscients et les inconscients, les réquisitionnés. 

Tout le monde y va de sa créativité. On en a besoin en temps de guerre. Il nous faut un chef, c'est fait, au moins un officier, c’est fait également, mais une équipe ne serait pas complète sans un aspirant : alors j'ai postulé, me suis engagée. Ce n'est pas une boule piquante minuscule  qui va nous mettre à terre ! On parlera de la planète mère plus tard. L'heure est au recueillement, au recrutement. 

Mais que me dit ce corbeau qui insiste avec ses graillements !? Quelle musique joue ce stradivarius ? On veut nous faire tomber ? comme des mouches ? 

L'heure est au combat. Mais qui combat on ? 

Le Cerveau balance…. "les municipales : les assesseurs positifs...", " vu de l'étranger : la pénurie des masques...", "compilation : les mensonges d'Ol***...", "la vérité sur le nombre de morts...", "responsabilité de l'Etat français dans le drame en cours", "comment la France a sacrifié son usine de masques ?", " les faillites d'Entreprises devraient bondir..", " la note explosive de la caisse des dépôts", "Bébête remanie son cabinet", "Jacques a dit : ce sont les GJ qui tiennent aujourd'hui le pays à bout de bras", "les patients en réanimation n'ont pas respecté le confinement", "un bus obligé de faire demi tour...", "Hydroxychloriquine : les USA viennent de l'autoriser", "une entreprise bretonne lance son test sero rapido", "la loi sur l'état d'urgence sanitaire", "comment le code du travail va être assoupli", "cette aide-soignante convoquée par la direction", "les contraventions", "le système français enfin privatisé".....Toutes ces bombes nous explosent à la figure. Mais parmi elles, des mortelles...Comment les éviter ? Le compte à rebours est lancé. Il faut agir. 

Conclusion : Il faudrait revivre ce confinement mais en temps de paix pour ne pas déserter et manquer à l'appel de la motivation 😉 mais quoi qu'il en soit, je serais toujours une rebelle 🤔 alors vous me trouverez toujours dans les tunnels à la lettre O.… jusqu'au désert…

Certains en profitent pour réaliser leurs projets:

I. Etrangère, journaliste, confinée, seule à Paris loin de sa famille

Oui, cette période m'apprend beaucoup.... Peut-être suis-je celle qui fait appel à la beauté, à l'art, aux troubadours (très heureuse si ce mot apparait dans l'article)? .. Puis, j’apprends à  trier les vêtements, les amis aussi. Je tiens le coup malgré la rupture brutale d’une relation assez instable et chargée d'émotions, qui a duré presque neuf mois. Malheureusement, pour l'instant je ne peux rien écrire (enfin, rien de cohérent) pour le blog. Je travaille sur un poème. Je lis des chapitres du roman qu'est en train d'écrire mon amie. Je l'ai chaque jour au téléphone. Je sors en bas de mon immeuble pour faire quelques jumping jacks. Et parfois je pleure, aussi. J'ouvre mon cœur et envoie de l'amour. Mes émotions ressemblent à une fantasmagorie. Mais je vis. Merci encore. Peut-être je serai capable de dire plus, mais quand ?..

 P. Confiné seul, télétravail

Je n’ai pas encore le recul pour voir ce que je vais en apprendre. Paradoxalement je me consacre le plus possible grâce à ce temps disponible à un projet nouveau, écrire, pour moi sans vouloir le diffuser. J’ai des grands changements dans ma vie actuellement et ces moments seuls me permettent de mettre à profit ce projet que j’avais depuis des années. Je sais que je serai ensuite réabsorbé par la vie extérieure. Je reste du coup moins à l’écoute des éventuelles sollicitations, le soir, pour se connecter avec d’autres.  

 V. Confinée seule, a été malade du COVID pendant 15jours

 

C'est une bonne idée, mais je ne suis pas sûre de pouvoir y répondre, c'est finalement très intime et le changement, qui est certain, parfois nous échappe. Sinon, j'ai écrit une chanson, dont je suis assez fière, qui résume bien ce que je ressens, mon copain vient de composer la musique. On va l'enregistrer cette semaine, dès que c’est fait, je te l'enverrai. C’est  peut être ça finalement être un artiste, tout dire dans une chanson mais incapable de parler de soi directement. 😉

 

A. Ecrivain, confinée

Moi, je suis en train d'écrire une nouvelle piece sur le monde du travail pendant le confinement, mais je me demande parfois si je ne devrais pas plutot faire un scenario car c' est ch.....t de devoir se limiter en nombre d'acteurs pour être viable. 

On est plus libre en scenario sur le scope et laprod,  mais moins en ecriture.  

J'en tirerai un scenar apres,  peut être.

Le confinement est très bien mais j aimerais juste re-voyager. Cela a aussi gelé tous les théâtres avec de gros reports sur la saison prochaine. Ca semble mort pour demarrer une oeuvre même sur 2020 2021.  Ceci est un gros frein pour les nouvelles oeuvres à ce que j ai entendu dire. 

Je ne pense pas avoir de choses tres originales à dire sur le confinement. C' est une opportunite et un test karmique pour valider tout ce qu on a appris deja  et ce qu il reste à apprendre, clarifier, régler. 

Je n'ai pas vu ces quatre semaines passer. 

Bonnes Fêtes de Pâques

Et vu de plus loin, ce témoignage nous rapproche de notre commune humanité:

P. Confiné USA Cincinatti, en couple, télétravail

COVID-19, quarantine and stay-at-home orders. In a stronger way than what has been evident previously, now, when I look out my window and to the ground below, I see that the earth and all of the people on this planet are one organism. The earth upon which I stand is the same earth as all of the people in Spain, France, Italy, Iran, and continues all the way to central China. We are not many; we are one. Perhaps in this moment, the connectivity is reminded to us in a painful way, but nevertheless, the connection is undeniable. We are 7.8 billion people, each in our small self-protection and others-protection zones, and yet we are all sharing the same concern, the same present moment. I am not distinct from Wuhan, and therefore, Wuhan is also me.

Que tous ces "témoins" soient remerciés, je suis certaine que leurs émotions seront partagées et nous aideront tous dans cette période "spéciale" de printemps

Publié dans Humeurs, santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sophie Guillaume-Petit 13/04/2020 14:59

Suite et fin, dommage...On aurait aimé que cela continue.
Merci pour cette belle idée.