Adults in the room (film français 2019, Costa-Gavras)

Publié le par CERISETTE

Adults in the room (film français 2019, Costa-Gavras)

Pas besoin de rappeler l’histoire. Dès que l’Allemagne (enfin son ministre des finances) a perçu que SIRIZA allait gagner les législatives grecques en janvier 2015, elle aurait décidé, selon Varoufakis, de faire chuter le régime coûte que coûte.

Vous connaissez tous la fin tragique de l’expérience de SIRIZA, le seul parti de gauche pouvant « sauver » la Grèce de la menace d’Aube Dorée (extrême droite) tout en assurant un gouvernement économique compétent.

Varoufakis était un professeur d’économie bardé de diplômes, ayant fait largement ses preuves dans son domaine et qui avait été nommé par Alexis Tsipras pour faire le lien avec l’Europe et trouver une solution à la crise financière. Et tout se finit par obstination des créanciers qui, malgré d’ailleurs les conseils du FMI (Christine Lagarde) se sont acharnés à vendre la Grèce à la découpe (d’ailleurs pour beaucoup d’infrastructures à des sociétés allemandes) . Le peuple consulté a même été « expulsé », son vote piétiné, et les acteurs compétents remplacés par des personnages couards qui, eux aussi, ont fini par céder aux chantages.

L’Union Européenne n’en est pas sortie grandie et je crois même que cette crise a été l’un des maillons de la chaîne qui a mené au BREXIT. L’Europe est aujourd’hui plus que jamais en déliquescence, ses valeurs ont été mises au rebut et seule la grande finance gouverne.

Heureusement, pas sur grand-chose c’est pourquoi le Royaume Uni a tellement de mal à faire croire à une sortie ! L’Europe ne « produit » qu’à peine 10 % des règlements qui encadrent l’action des gouvernements et ne prélève qu’à peine 1% du PIB français. L’EUROPE N’EXISTE PAS !!!!!

Dans le cas de la Grèce, l’Europe n’a existé que pour s’opposer à un rééchelonnement de la dette et surtout à toute décision qui viendrait contrecarrer cet engagement en agitant la menace d’une sortie de l’euro, c’est-à-dire, pour la Grèce, une plongée dans l’inconnu.

Il n’y a eu aucun geste de solidarité ou de soutien d’aucun pays européen.

Costa-Gavras est vraiment un réalisateur de génie, car il nous rend concrètes et vivantes les tribulations des horribles fonctionnaires européens (qui ne sont pas toujours fonctionnaires quand il s’agit des ministres ou des chefs d’Etat), lors de débats aussi interminables qu’inconsistants, dans des salles obscures et sans âme.

D’où la célèbre formule de Christine Lagarde : Il faudrait des adultes dans la salle, autrement dit, arrêtons les enfantillages et les querelles d’ego.

Costa Gavras nous donne un bel exemple de ce qu’un réalisateur doué peut accomplir : nous rendre passionnantes, ces querelles intestines et illustrer de la manière la plus éclatante ce qui constitue le fond de l’affaire.

Il s’agissait de donner une leçon à la Grèce, pas tellement une leçon de finances publiques ou de gestion d’une crise, mais une leçon d’obéissance. La Grèce ne devait pas élire un gouvernement qui pensait au social, la Grèce se devait de rentrer dans le rang et de se rendre au libéralisme le plus intransigeant.

L’Allemagne donnait la leçon : pas de dépenses inutiles (égal : sociales) , et surtout vente de tous les  actifs et si possible aux allemands.  Que le peuple survive, tout le monde s’en fichait, et y compris,  bien évidemment la France, qui ne se fait remarquer que par sa duplucité (forte avec les faibles, et faible avec les forts).

Avec cette « leçon », nous recevions tous la même menace. Elisez un gouvernement libéral (Schauble a soutenu Macron) et on vous laissera une relative paix dans vos finances.

Et Costa-Gavras montre cela au travers du harcèlement que les eurocrates font subir à Varoufakis. Ce sont des humiliations incessantes, des marques de mépris à peine voilées, un acharnement féroce, tous contre un.

On en a mal pour lui !

Assister à la mise en pièce d’un homme est quasiment intenable !

Ce film est à voir d’urgence, c’est vraiment une très belle réussite !

Publié dans cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article