Tu seras une femme - Anne-Cécile MAILFERT (ed Les Petits matins)

Publié le par CERISETTE

Tu seras une femme - Anne-Cécile MAILFERT (ed Les Petits matins)

Le sous-titre de ce petit opuscule c’est « Guide féministe pour ma nièce et ses amies » et effectivement l’écriture est très pédagogique, claire et précise.

Je ne vais pas rappeler que nous vivons actuellement une troisième  vague féministe, à l’échelle mondiale. Peut être lancée par le mouvement #METOO#, cette grande action de revendications féministes s’appuie sur des demandes d’égalité réelle. Après les suffragettes au début du XX ème siècle, et après les demandes de droits juridiques (notamment sur la liberté de disposer de son corps) dans les années 1970, les féministes d’aujourd’hui estiment qu’il est temps de concrétiser et de changer les lunettes d’une opinion publique (donc y compris certaines femmes) qui pense que tout est acquis et qu’il n’y a plus rien à réaliser en la matière.

Sans aller chercher dans les pays où le statut des femmes n’a pas bougé d’un iota quasiment depuis la préhistoire, si l’on s’en tient aux pays occidentaux, on voit bien aujourd’hui que les acquis étaient fragiles : le droit à disposer de son corps, de sa fertilité et de sa liberté de choisir de garder ou non un enfant, est un peu trop facilement remis en cause. Il nous faut donc toujours rester vigilantes.

Alors oui, il y a, il y aura toujours, des femmes qui préfèreront se réfugier dans le passé et qui entretiendront ainsi, outre la haine d’elles-mêmes, la jalousie et la haine des autres. Le "monde des hommes", s'il existe,  n’est pas différent, mais il est vrai que les femmes (ça doit être un réflexe atavique) ne parviennent pas à sortir de la compétition avec les autres femmes, notamment pour s’assurer  la « conquête » du mâle dominant. Mais comme nous ne sommes plus des singes et que nous croyons aux progrès humains, il faut ouvrir les yeux sur la nécessité, pour tout le monde, d’expérimenter le féminisme réel.

Ce qui est nouveau dans la démarche d’aujourd’hui et que nous a explique très bien Anne-Cécile MAILFERT, ce sont les concepts, bien souvent élaborés aux USA et donc formulés en anglais.

On comprendra ainsi ce qu’est le body-checking, le mansplaining, le slut-shaming, la standpoint theory, le victim-blaming et le revenge-porn etc…

Une grande partie du livre est consacré à notre corps, avec des conseils en particulier pour faire face à la "culture du viol", qui consiste justement à faire honte à la victime, à obtenir son « consentement » sous la contrainte, à demander des preuves ahurissantes pour s’assurer que la victime ne l’avait pas « bien cherché » ou qu’elle n’était pas un peu (même un tout petit peu) d’ « accord ». Il est évident que la culture du viol prospère d’autant plus que la société admet qu’il faille cacher le corps des femmes et que l’exposer constituerait une provocation. Dès lors que le désir des hommes apparait comme incontrôlable, alors les femmes ne peuvent que se comporter en « proies » et doivent renoncer à leur liberté d’aller et de venir.

Je passe sur les chapitres consacrés au monde du travail pour pouvoir évoquer les nouvelles agressions, liées, pour la plupart, aux réseaux sociaux et à internet.

Le harcèlement, l’intimidation, la drague concernent aussi bien les hommes que les femmes. On comprendra toutefois que salir l’image d’une femme, surtout une femme qui apparait dans les media, mais aussi les autres, est d’autant plus facile que le jugement sur les filles qui seraient des « salopes » est quasi immédiat et sans concessions. Utiliser l’image d’une femme pour la détruire c’est toujours la montrer dans un rôle sexuel ou elle apparait comme dominée, et donc en situation dégradante : faisant une fellation, à quatre pattes etc…

Hélas « l’agression sexuelle des femmes a même été érigée en argument de campagne par Trump, et le viol en qualité masculine par Poutine ».

Anne- Cécile MAILFERT est une jeune féministe, aujourd’hui présidente de la Fondation des Femmes qu’elle a créée en 2014 pour disposer d’un outil venant en aide aux différentes associations de femmes.

Il me semble que ce livre, par sa clarté, ses mises au point, ses conseils, est à mettre entre toutes les mains. D’abord pour les jeunes filles mais pas seulement. C’est un excellent résumé des différents combats féministes actuels et un bon moyen de « réviser » ses convictions.

« Quelle que soit la civilisation (…), la cause des femmes et leur émancipation, représentent un enjeu de pouvoir pour les hommes qui gouvernent (…) ; La protection des droits des femmes est devenue en un temps record un étendard pour les démocraties libérales et un élément de l’affrontement des civilisations. (…) ; Il ne pourra jamais exister un modèle uniforme qui s’appliquera à toutes les sociétés. Mais partout les femmes vivent le sexisme. (…) ; Nous, les femmes devront apprendre à agir ensemble ».

Publié dans Litterature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article