Pouvoir d'achat et impôts: on dévoile tout (1er épisode)

Publié le par CERISETTE

Pouvoir d'achat et impôts: on dévoile tout (1er épisode)

Alors voilà, j’en ai tellement marre d’entendre partout qu’il va falloir réduire les dépenses publiques si on veut maintenir la protection sociale, j’en ai tellement marre de lire que le gouvernement aurait « donné » 10 milliards aux Gilets Jaunes, j’en ai tellement marre des grands débats où on peut parler de tout sauf de ce qui fâche que j’ai décidé de mener mon étude, ma petite enquête personnelle sur les finances de la France.

Oui, avec mes moyens de citoyenne seulement, je me lance à dévoiler ce qui devrait, pour tout vous dire, être largement accessible à tout un chacun. Car il est insupportable de ne réserver qu' aux seuls initiés une information claire sur les finances du pays.

Je vais le faire très simplement donc, mais il faut le reconnaitre, avec un peu de colère en moi, car ce sujet a fini par me faire bien sentir à quel point « on » me mentait. (on, c’est pour tous les articles ineptes que j’ai lus, et c’est aussi pour la communication institutionnelle qui prend les gens pour des imbéciles).

Je commence par les RECETTES, donc globalement tous les impôts (attention, les recettes de l'Etat c'est du pouvoir d'achat en moins, c'est vrai mais c'est aussi des biens collectifs en plus, si ces crédits sont bien dépensés pour le bien commun, mais je le verrai dans l'épisode 3)

Il paraitrait que certains ne paient pas d’impôts, qu’en est-il ? .

Les différentes sortes d’impôts :

  • Selon une étude menée en 2017, 20 % des personnes interrogées ne connaissent pas le fonctionnement de l’impôt sur le revenu ou se trompent à son sujet, c’est le cas de 26 % pour la TVA et 58 % pour la contribution sociale généralisée.
  • Il y a 240 sortes d’impôts en France mais on va se contenter des 4 les plus importants.

Celui qui énerve la plupart des gens, c'est d'abord : 

1- L’impôt sur le revenu des personnes physiques (hors CSG) :

Il s’agit d’une part importante mais non majoritaire des recettes de l’Etat. Le montant est de 70 milliards d’euros sur des recettes totales de 290 milliards soit environ 25% des recettes.

1 Qui paie, qui ne paie pas :

En 2017, la France compte 37,9 millions de foyers fiscaux :

  • 16,5 millions de foyers imposables, soit 43 % du total ;
  • 21,4 millions de non imposables.

Sur ces 40 % assujettis, il faut bien voir que

  • 40 % de l'impôt est payé par les 90 % les moins riches ;
  • 35 % par les 10 % les plus riches (hors top 1 %) ;
  • 25 % par les 1 % les plus riches.

Les 1% les plus riches paient de moins en moins d’impôts sur le revenu en valeur relative à leur richesse. (j’ai tous les chiffres et toutes les courbes, mais je ne veux pas alourdir cet article. Sachez que le montant relatif payé par les 1% les plus riches diminue de façon continue depuis 20 ans) . En revanche les catégories qui appartiennent aux 10% les plus riches sont complètement matraquées. Et ceci s’est accentué sous le mandat d'un président "normal", que je ne nommerai pas, et je vais expliquer pourquoi.

Quand j’écris les 10% les plus riches c’est hors les 1% des ultra riches, qui, je l’ai dit, sont, eux,  constamment dégrevés.
Les 10% en question gagnent entre 3000 et 10 000 euros par mois. Les autres peuvent gagner plus de 10 000 euros et jusqu’à des millions par mois.
Les 10% de "riches"en question appartiennent aux classes aisées certes,  mais pas du tout aux ultra riches, et surtout ce sont des gens qui ne peuvent pas partir de  France, ils n’ont pas tous suffisamment d’argent, pour échapper aux impôts.

Tandis que les ultras riches ont déjà quitté la France, du moins du point de vue fiscal. Le fait que les ultras riches paient de moins en moins depuis 20 ans au moins les a -t-il fait revenir ? A votre avis ?

Ont-ils créé des emplois puisqu’ils ont bénéficié de telles réductions ?

Pas plus, je vous montre la courbe du chômage. Est-ce qu’elle s’est inversée ?

Conclusion :

  • 60 % des ménages ne paient pas l’impôt sur le revenu
  • Les classes moyennes paient largement la facture
  • Les ultras riches sont de plus en plus dégrevés.

2- Quelles sont les évolutions de cet impôt et pourquoi ?

Je vais publier des courbes extraites de chiffres réels obtenus sur le site du Ministère du Budget.

Ce qui est très intéressant, c’est de voir combien l’impôt a pu diminuer en 2008-2009. C’est le résultat du bouclier fiscal d’un certain président de la République dont le nom commence par Sar et finit par Kozy.

Dans un premier temps, les impôts ont bien diminué. Mais voilà, pas pour tout le monde. Seulement pour les ultras riches à qui on a remboursé tout ce qui dépassait du fameux bouclier fiscal.

Dans un deuxième temps sous la présidence d’un certainprésident normal, le montant des impôts sur le revenu a bondi. Mais comme on n’a pas touché au bouclier fiscal, vous comprendrez bien à qui on a prélevé ces impôts. Aux fameux 10% qualifiés de riches mais qui sont seulement prisonniers de la France, bon sang mais c'est bien sûr!.

Ce sont eux qui ont supporté la hausse de 45 milliards à 70 milliards soit 35 milliards de plus sur 10% de la population. ! C’est-y pas beau ça ?

 

3- La fraude fiscale

Pour être bien clair il faut distinguer fraude, évasion fiscale et redressements fiscaux.

L’évasion fiscale consiste à échapper à l’impôt plus ou moins légalement, en allant par exemple s’installer dans un autre pays, un paradis fiscal sans que le citoyen concerné s'expatrie lui-même (ce serait alors une expatriation fiscale). L'évasion fiscale est techniquement définie comme l'ensemble des comportements du contribuable qui visent à réduire le montant des prélèvements dont il doit normalement s'acquitter.

« Cette notion contient une ambiguïté : elle peut être rapprochée de celle de « fraude fiscale », bien que l'évasion fiscale soit généralement légale, contrairement à la fraude qui est par définition illégale ; l'évasion fiscale légale est alors synonyme d'optimisation fiscale, d'évitement licite de l'impôt ».

On redresse en France à peu près 18 milliards d’euros d’impôts, qui sont principalement des régularisations d’impôts impayés, le montant des impôts impayés étant en général beaucoup plus importants que ce que l’Etat récupère réellement par redressement car la France a choisi de « négocier » le montant des redressements. Ceux-ci sont donc tout à fait avantageux pour les fraudeurs.

L’estimation du montant des fraudes s’élève à 100 milliards par an pour la France, s donc plus que l’ensemble de tous les impôts sur le revenu des personnes physiques.

Mais voilà, personne ne songe à faire la chasse aux fraudeurs, absolument personne.

Pourquoi ? Et bien c‘est que les fraudeurs appartiennent aux 1% des ultras riches justement, qu’on en souhaite pas faire contribuer à la richesse de la France !

C'est bien le cas d'un certain Carlos Ghosn, qui représente parfaitement le capitalisme à la française et dont nous avons déjà parlé dans ce blog.

Au lieu de faire payer ceux qui gagnent beaucoup d'argent en France et vont le cacher ailleurs, le gouvernement actuel dont le nom commence par Ma et se finit par Cron a décidé de supprimer l’ISF et l’exit taxe, donc d’alléger encore les impôts des ultras riches.

L’ISF, c’était 5 milliards par an (mais on ne va en perdre que 2,5 milliards car il restera l'IFI) , et l’exit taxe c’était 200 millions par an.

Une pécadille bien sûr !

Puisque la France est si riche qu’elle peut se passer de telles recettes voyons donc les autres recettes de son budget. (à suivre dans l'épisode 2)

Publié dans Humeurs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article