Les joies d’en bas (Nina Brochmann et Ellen Stokken Dahl . Actes Sud)

Publié le par CERISETTE

Les joies d’en bas (Nina Brochmann et Ellen Stokken Dahl . Actes Sud)

De même que l’étudiante Giulia Enders a écrit Le Charme discret de l’intestin, ce sont deux étudiantes en médecine norvégiennes qui viennent de produire un best seller traduit dans une trentaine de langues : Les joies d’en bas, autrement tout ce que vous voulez savoir sur la minette, vous savez celle d’en bas ?

Elles y décrivent tout en détail, (où se trouve le clitoris, qu’est-ce que c’est que le vagin, l’utérus, comment se forme la vulve, les petites et grandes lèvres etc…) et cela est accompagné de petits dessins explicites.

Je ne le crois pas, je croyais tout connaître depuis le temps mais non, : j’ai appris plein de choses !

Les auteures démontent pas mal de préjugés et d’idées fausses. Elles ne négligent pas le moindre détail et la lecture en est non seulement intéressante et instructive, mais aussi extrêmement déculpabilisante.

Je me suis rendue compte à quel point moi aussi je n’avais pas tout compris, ce qui me laissait pas mal d’idées reçues.  

  • L’hymen n’est pas un opercule, mais plutôt une demie corolle plus ou moins ouverte pour laisser passer les fluides,
  • En conséquence la virginité n’existe pas (60 % des femmes ne saignent pas au 1er rapport),
  • Les règles ne sont pas sales du tout, et nous seules, humaines, (avec deux races de singes et une chauvesouris) avons la joie d’en avoir. Les sécrétions des autres animaux femelles (chatte, chienne…) n’ont lieu qu’à l’ovulation et ne sont pas, à proprement parler des règles. Les règles viennent de l’expulsion de l’endomètre, préventivement formé dans l’utérus, en attente d’un embryon, qui, ne venant pas, rend cette précaution inutile.
  • Le vagin est très plastique, il ne s’élargit pas en vieillissant ou après le passage d’un bébé. Il est tenu par des muscles solides.
  • Le désir féminin est tout sauf évident : la plupart du temps, il est réactif et non proactif.
  • On cherche encore le point G. Pourtant certaines femmes pensent l’avoir trouvé, mais c’est subjectif et non anatomique.
  • Les petites lèvres sont souvent plus grandes que les grandes ! etc….

 

Etc…etc

On apprend tout sur la contraception, sur les maladies vénériennes, sur l’orgasme, bref sur la vie de notre minette.

C’est écrit avec beaucoup de légèreté, mais sans négliger le point de vue informatif. Je l’écris encore une fois, c’est super pour ne plus avoir honte (je me demande pourquoi on a honte, d’ailleurs, mais c’est tellement tabou toutes ces questions  de minette!).  

Publié dans Litterature, santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article