Toute première fois

Publié le par CERISETTE

Toute première fois

(Ceci est une fiction)

Mince, C pas pour moi , quand même, ce gros mec tout vieux ? J’ai fait un catfish, avec mon pot coutumier ! C’est sûr et certain, j’ai fait un catfish. J’me casse, ni vu ni connu. Je lui dis que je cherche quelqu’un, je change mon prénom, je ne m’appelle plus Nastia mais Jane, il a dû confondre. D’ailleurs, je ne m’assois pas à sa table, C pas possible. Mais C pas vrai, il est vraiment cheum, il se teint la barbe, t’as vu, et y boit des bières.

J’ai les jambes en compote, pas la peine que j’ai tant galéré à me faire belle, p’tain, C pas vrai, p être que je ne suis pas allée assez loin, que j’ai pas bien pesé les conséquences, et d’abord je ne sais plus du tout ce que je voulais avant d’arriver comme une pie, déguisée en zoulette, dans ce bar vieillot ? Tinder, Tinder, c’est bien joli, mais c’est pas écrit comment tu dois te comporter en vrai, c’est pas précisé, je m' vois comme si j’étais dans la brume, je me parle à moi-même, je m’interviewe. Ils nous préparent pas sur l’appli. Et ça C pas parce que je n’ai que 15 ans, moi, je suis assez démerde, et avec mes 15 ans, j’ai pas le look puéril,  et je connais la vie, C donc pas l’âge qui me fout des crampes à l’estomac. Non, C simplement que jusqu’à présent, les keums que j’ai séduits, ils ont pris des gants, le tralala des rencontres, c’est codifié, ça se passait dans les formes. Tu m’invites, tu me raccompagnes, tu m’invites encore, je réfléchis, on s’embrasse, et comme ça, ça dure un peu, j’suis pas stressée, pas pressée non plus. Si ça va pas, j’te mets dans la friendzone et on n’en parle plus.

Pourquoi C moi qui ai voulu ça ? J’vais vomir mon p’tit dej. Je ralentis, je SMS à ma pote Lyli : MDR, j’suis sur les lieux. J’crois que j’ai fait un catfish, le keum n’a qu’un cheveu. J’ai grave envie de me tirer ».

Lyli : « Mais C pas vrai ? T où ? ».

A ce moment, une fille s’assoit devant le mec qui a presque fini sa bière. Elle lui colle une bise. C’était pas lui mon rencart.

J’regarde l’heure : il est pas encore midi et quart. Pour plus de sécurité, j’avais dit midi et demie. J’vais me cacher en attendant. C’est marrant, de voir ce qui se passe. J’ai voulu m’accorder un peu de patience. Je passe devant toute la devanture où C écrit « MITING CAFE». C’est presque plein. A cette heure, les gens sortent bouffer. Mais je vais pas attendre des heures non plus. J’ai le legging qui colle. Non, allez, je ne peux pas me permettre de le manquer. Tiens, Y en a un qui m’a fait des signes, là au fond.

«  Lyli, tu vas rire. Je l’ai vu, il est canon. Mais je sais pas si je suis toujours déter ? »

Je manque m’évanouir. C’est un super beau gosse. J’m’étais pas trop gourée. J’avais répondu hier : « OK pour un plan cul ». Mais bon sang pourquoi j’ai fait ça ? Je traverse la salle bondée comme je traverserai un rêve. Peut être que je vole, je sais pas. J’ai chaud, très chaud. J’ai aussi envie de disparaitre. Maman, c’est maintenant que je me jette dans l’eau du bain. Si non j’aurais trop la honte ! Mais enfin, aussi, pourquoi je suis pas ailleurs ?

Ok pour un plan cul…OK, mais pas maintenant, pas tout de suite. Je vais pas passer à la casserole comme ça, si ? Monsieur Belle Gueule devant moi, qui me sourit. Mais ça fait pas tout, si ? Présentations. Belles dents, ….de loup ?

« Tu bois quoi ? »

Je n’ai qu’une envie c’est de boire 3 shots de vodka, tant pis , même à midi. Il me reste un bout de cerveau non congelé qui répond :

« Heum, et toi ? »

« MOI ? un coca ! »

Mais pourquoi il prend un truc comme ça, moi j’ai envie de me saouler, directo, et pas lui ?

Il est beau, C indéniable, mais C peut être un terroriste ? Enfin, je suis comme quelqu’un qu’on a tapé, je me mords les doigts. Je ne veux pas m’avouer que j’ai peur, si non je sens que je vais mourir toute seule, j’aurais jamais rien tenté, et je vais pourrir vierge, ou quasi. C’est la misère. Lyli, j’peux même pas impliquer ma copine Lyli: elle me prête son studio, c’est sympa, C une vraie pote, oui mais  s’il m’étrangle la bas, je fais comment pour qu’elle s’amène ?

« T’es toujours OK pour un plan cul, sans conséquences ? »

Heu, Oui, oui, j’ai dit dans un souffle. Je suis certaine qu’ils me regardent tous , tout autour de nous. Je vois les zieux des gens qui me reluquent. J’ai mal au ventre, j’arrive pas à le finir ce coca, d’ailleurs je laisse le plus de temps possible entre chaque gorgée, je retarde LE moment au max. J'ai jamais vu un coca à cette allure d'escargot.

Il me raconte sa life, il bosse dans les stats, enfin l’informatique, tous ceux qui fréquentent ces sites de rencontre sont des informaticiens. On veut tous les deux du sexe sans engagement, mais moi, je ne sais plus bien pourquoi j’ai décidé ça.

Et s’il a des manies sexuelles ?

Il faudra que j’éclaircisse. Mais je m’embarque sur mon boulot de juriste, sur ma cheffe, qui est si marrante, et sur mon avenir pro. J’me vois à Londres, pour dans bientôt. Conversation très chiante. Je comprends rien à ses stats, lui doit être totalement largué avec mes contentieux. C’est pas que C TER a TER mais au contraire, c’est trop concept, comme talk. On va pas s’engager sur la politique, mais il ne manquerait plus que ça pour plomber l’ambiance. Tout, mais pas le silence…Je fais l’air de jubiler d’aller à Londres. Et on embraye sur la musique. Miracle, il écoute les mêmes groupes, "Muse" par exemple. La musique, je surkiffe, ça me sort du malaise. C’est là que je matte ses yeux verts, j’avais pas remarqué avant. Et que je peux enfin le questionner sur la technique : « Heu, pour notre rencontre, tu préfères quoi ? »

Banco, il vient bien de me dire ça, j'ai bien entendu ? , « mon péché mignon, c’est le cunni ! » !!! Waouh, c’est pour moi alors, C du lourd, super, je commence à me décongeler ! C pour moi !  Il a même ajouté: "Je pourrais y rester des heures". Non, pas possible, c'est un truc de ouf! J’ai pas d’empressement quand même, mais mon cœur cesse son tambour. Il m’a calculée, ce mec ou quoi ? ça ne se voit pas que j’ai seulement 15 ans, je fais plus vieille en principe, C à cause des boobs peut être. Et des formes. Sans blagues, je suis pas trop mal foutue, et ça se voit, même avec le Tshirt géant mi bleu mi jaune. Ha, ha !

Et on se lève, il est grand en plus, il re demande : « C’est toujours OK ? ».

Et alors là, et ça m’arrive jamais, voilà que je m’étale devant tout le monde. Mon sweat s’accroche à la chaise, j'm affale de tout mon long. Vrai de vrai, tout le monde le sait autour de moi, je tombe jamais d’habitude. C moi qui ramasse mes potes dans la rue, j’ai une stabilité d’enfer. Et me voilà étalée sur la table avec les verres et les cocas vides. J’ai grave la honte ! Je savais bien qu’il me fallait de l’alcool. Ça m’aurait mieux détendue.

Il se penche vers moi, mais j’ai rien, je suis juste un peu secouée. J’ai rien senti, j’ai pas mal. Je me marre, pour avoir l’air d’être détachée.

«  Bien, on a brisé la glace finalement. Tu vas voir, tu vas être bien, je ferai tout pour que tu te sentes bien ».

Je t’assure, Lyli, c’était génial, le mec savait y faire, Il n’y avait pas de regrets ! Lyli, merci pour l’appart, qu’est ce qu’on est potes toutes les deux, j’te raconterai tout !

J’ai eu de la chance, mais je recommencerai pas . Un plan cul, je l’ai fait, maintenant, j’ai coché la case. J’ai abandonné mon cœur et mon corps aux griffes de la folie, et tavu, j’ai réussi !

Toute première fois
Toute première fois
Toute première fois
Toute première fois

Publié dans Humeurs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Carmen Cru Cru 09/10/2017 20:48

Uh tu te prends pour Cellulite maintenant ?