Le travail sur ordonnance

Publié le par CERISETTE

Le travail sur ordonnance

Non, je ne vais pas parler de ce qui se prépare et pour lequel les Français ont voté (il paraitrait qu’une majorité de Français a dit clairement qu’il fallait de toute urgence libéraliser le marché du travail en France, solution déjà largement expérimentée ailleurs-en Italie, au Royaume-Uni, en Espagne, en Grèce…avec comme conséquence l’accroissement du nombre de travailleurs très pauvres).

Non, je réfléchis seulement sur 2 questions. Je  réserve la seconde pour le prochain post.

La première c’est le statut des travailleurs très riches de FACEBOOK. Comme on le sait cette entreprise ne fabrique strictement rien, mais elle génère des clics, et, à ce titre, près de 40 milliards de CA en 2017. Ses résultats viennent de tomber : ils sont en très forte progression.

Le Figaro du 27/07/17 : Facebook voit son chiffre d'affaires s'envoler de 45%, par rapport au second trimestre 2016, alors que ses profits bondissent de 71%. Ce miracle s'explique d'abord par l'augmentation des prix payés par les annonceurs pour placer leurs messages sur les écrans des téléphones portables et tablettes des plus de 2 milliards de personnes qui emploient Facebook régulièrement. En moyenne Facebook a en effet pu augmenter de 24% le tarif moyen de ses publicités.

Je suis toujours contente de voir des succès pareils. Surtout quand il s’agit d’une entreprise qui a trouvé la bonne formule : ne vendre aucun produit, offrir un service qui convient à tous et dans le monde entier, faire de la gratuité, et se faire payer par des services d’annonces.

Comme dirait une de mes amies : « Quand tu ne payes pas le produit, c’est que c’est toi le produit ».

C’est vrai que n’importe quel produit serait soumis à une concurrence forcenée, il faudrait délocaliser la main d’œuvre pour des pays dits « low cost » car le prix du travail y est moins cher qu’ailleurs, et ce serait un crève-cœur, à n’en pas douter, pour les employeurs.

Ici, pas de livraison, pas de vente au consommateur. C’est la combinaison gagnante : les clients ne payent rien, ils sont ravis de bénéficier d’un service, il n’y a donc aucune raison qu’ils cherchent le moins cher, il n’y a pas de concurrence, mais non, puisqu’il n’y a pas de marché, il n’y a qu’une plateforme qui séduit le monde entier…Pas la peine de rechercher la concurrence déloyale, Facebook ne vend rien à ses 2 milliards d’utilisateurs.

Et les « travailleurs » de FACEBOOK peuvent être payés comme des princes.

Pour toutes celles et ceux qui pensent que la libéralisation du travail est vraiment l’avenir de l’emploi, et qu’il faut nécessairement baisser le coût du travail pour être compétitif ,  je signale que chez Facebook, le salaire d’un ingénieur commence à 125 000 dollars par an, et qu’il s’agit d’un contrat « all inclusive » : petit déjeuner, déjeuner, dîner, sports (salle de fitness ou  terrain de tennis…), assurance santé, médecin, dentiste, congés payés, frais de garde des enfants, transports, services de conciergerie, spectacles, concerts…..tout ça gratuit. GRATUIT !

Bien sûr le temps de travail est flexible, mais on peut télétravailler tranquillous.

Marc Zuckerberg est plébiscité par 96% des salariés dans l'enquête Glassdoor (sur la satisfaction au travail) et Facebook est classée comme la meilleure entreprise où travailler au monde . Les volontaires qui ont répondu à l'enquête apprécient particulièrement l'ouverture d'esprit du groupe et la coopération qui existe entre les équipes.

Chez Facebook, un comité d'audit est chargé d'étudier ce qui se pratique ailleurs dans les grandes entreprises, afin de s'assurer que les avantages offerts par Facebook, au global (salaires fixe, variable, bonus annuel, mutuelle, avantages en nature, etc.) sont supérieurs aux autres. La compétitivité est donc envisagée à l’envers : comment être le plus cher possible….

 

Au chapitre financier, les stock-options sont un cadeau de taille pour ceux qui en bénéficient, quand on voit à quel rythme grimpe la valorisation de la société.

Il y a plus de 2000 salariés en Californie qui viennent travailler en vélo, en skate board, dans des locaux designés avec soin par les plus grands architectes. Des salles de repos, équipées d'instruments de musique et de consoles de jeux vidéo, sont disséminées partout sur le site, immense, composé d’espaces verts. Les équipements de loisir ne manquent pas : échiquier géant, tables de ping pong, terrain de basket... Chaque année, l'entreprise organise son "Game day", un tournoi sportif interne. Les salariés sont en majorité très jeunes, et l'effectif plutôt masculin.

Il y a des conférences organisées, des investisseurs y sont invités, mais aussi des artistes, des créatifs.

On demande aux salariés de « changer le monde » (je répète qu’ils ne vendent rien, sauf de la publicité) et on leur laisse initiative et autonomie.

Vite, une ordonnance pour aller Vivre Travailler dans cet eldorado!

 

 

Le travail sur ordonnance

Publié dans Humeurs, santé

Commenter cet article