Aveu

Publié le par CERISETTE

Aveu

Ce que j’ai fait aujourd’hui avait la saveur du péché, le parfum de la nostalgie, la douceur du mensonge et l'ivresse de la transgression.

 

Je sais bien que je ne devrais pas raconter ça dans ce blog qui est potentiellement lu par des yeux qui vont me condamner, m’envoyer au diable, et qui me feront sentir toute l’indifférence hautaine que mes incartades méritent.

Peut être aussi que je vais me repentir, mais je le ressens dès maintenant, même ces regrets vont m’incendier le cœur, et rien que d’y penser, rien que de me souvenir de ces moments si délectables, j’en aurai des petits frissons.

Non, je ne me suis pas roulée dans le stupre, et je n’ai pas avalé un kilo de chocolats. Non, je n’ai pas fait des guilis guilis, et on ne m’en a pas fait non plus.

Mais j’ai commis une folie comme celle qui nous prend quand on se gratouille , un truc qui fait un peu mal mais tant de bien aussi, ça soulage pour de bon. Un truc qui enlève toute mauvaise humeur, qui requinque, enfin moi ça m’a complètement enchantée.

Allez, je ne fais pas durer le suspens….

Aujourd’hui 17 juillet, vers midi, j’ai pris ma voiture (pas un bolide non plus, une vieille voiture polie par les ans), et j’ai roulé dans…..PARIS !

 

PARIS désert ! c’est si peu souvent, il faut s’en lécher les moustaches, il faut ronronner comme un chat, il faut s’en mettre jusque-là !

Et je suis allée dans mon meilleur quartier, le quartier latin, Désert !!! ou presque ! Surtout un lundi, c’est un plaisir sans nom. Rouler en voiture dans PARIS ! Vroum !

Au lieu de déjeuner je me suis payée un parking horriblement cher (7 euros) et j’ai flané à Saint Michel !

C’est merveilleux ! il faisait beau, la ville était aussi resplendissante qu’elle peut l’être, et j’aime tellement cette ville.

Passer en voiture le long du Jardin du Luxembourg, jeter un œil à La Sorbonne, longer les grands lycées, et traverser le carrefour de l’Odéon, et la place Saint Michel !

Et voir la Conciergerie ! et le Théâtre de la Ville et la Tour Saint Jacques !  

J’ai doublé les bus, j’ai attendu aux feux, j’ai laissé passer des piétons mais la rue était quasiment vidée de ses voitures, elle était à moi.

C’est un plaisir immense, rouler en voiture dans PARIS, un luxe incroyable. Je me suis offert ce luxe, ça vaut tous les restos du monde.

Faute avouée, à demi pardonnée ?????

PS pour les non parisiens: Paris est vide du 15 juillet au 15 aout chaque année!

Publié dans Voyages, Humeurs

Commenter cet article

Claire-Marie 17/07/2017 19:33

Géantissime !!!! Ha ha ha... il fallait faire un petit détour par Montparnasse qu on savoure ce petit péché toutes les deux ma petite cerise !!!
Hemingway ne disait- il pas ? : "voir Paris et mourir"...

CERISETTE 17/07/2017 19:45

et ce qui est encore pire c'est que j'ai fait la course à deux à l'heure avec une voiture qui voulait me doubler, non mais!