ON a marché sur la blockchain...

Publié le par CERISETTE

ON a marché sur la blockchain...

Depuis quelques mois, j’avais envie d’écrire sur la blockchain parceque chaque fois que j’en parle, les gens ouvrent la bouche, médusés.

Personne n’a encore vu la blockchain et pourtant elle existe.

« La blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle (définition de Blockchain France) ».

C’est une révolution qui va impacter nos modes de vie et de travail.

Pour faire simple il s’agit d’un grand cahier qui consigne beaucoup d’informations (transactions, arrêtés, données…) qui peut être lu par tout le monde (ou réservé selon les cas aux seuls clients), mais qui reste ineffaçable à jamais. C’est donc limpide comme bonjour en soi.

A ce moment-là, les amis me disent : Bof, on prétend que c’est ineffaçable mais on ne saura pas forcément le lire dans 150 ans.

En fait, il s’agit d’un système un peu plus complexe qui consiste à faire accéder l’utilisateur par le biais d’un jeton, (monnaie virtuelle, clef), qui permet d’enregistrer la transaction, transaction qui est ensuite regroupée dans un bloc (une sorte de cube de données agglomérées) . Les blocs sont validés (par les utilisateurs) et horadatés puis enchainés les uns aux autres et accessibles à tous les utilisateurs.

La technologie utilisée est trop compliquée pour mes neurones, mais elle a été largement utilisée lors de la crise financière de 2008, pour créer une monnaie virtuelle, le bitcoin, et éviter que cette monnaie ne soit spoliée et perde toute sa valeur. Il s’agissait de faire face aux faillites bancaires en vue si le système financier s’écroulait dans sa totalité.

Ce n’est qu’en 2016 que les technologies se sont perfectionnées et aujourd’hui, il s’agit d’un enjeu tel que la France s’est dotée de toute une infrastructure de diffusion d’informations et de formations sur ce sujet.

On peut classer l’utilisation de la blockchain en trois catégories :

  • Les applications pour le transfert d’actifs (utilisation monétaire, mais pas uniquement : titres, votes, actions, obligations…)
  • Les applications de la blockchain en tant que registre : elle assure ainsi une meilleure traçabilité des produits et des actifs.
  • Les contrats intelligents : il s’agit de programmes autonomes qui exécutent automatiquement les conditions et termes d’un contrat, sans nécessiter d’intervention humaine une fois démarrés.

De façon générale, des blockchains pourraient remplacer la plupart des « tiers de confiance » centralisés (métiers de banques, notaires, cadastre,…) par des systèmes informatiques distribués.

Il s’agit donc d’un livre de comptes (sécurisé par le fait qu’il faudrait hacker au même moment tant de milliers de bases de données indépendantes que ce serait impossible) inaltérable et infalsifiable.

Les champs d’exploitation sont immenses : banques (toutes les transactions y compris bien sûr pour les banques entre elles, les chambres de compensation), assurance, (suivre les biens, les accidents, les incidents) , immobilier (en remplacement des notaires, tous les titres fonciers), santé (données médicales), énergie (système de facturation automatisé, relevé, décompte et l'archivage automatisés, tenue des registres de certificats d'authenticité pour l'électricité verte ou d'attestations de quotas de CO2...., transports (suivre les acquisitions, locations..), vote en ligne, éducation (lutte contre les faux diplômes), industries artistiques (veiller aux droits d’auteurs), alimentation (suivre les produits, leur origine, leur composition)…

Tout ce qu’il faut tracer peut être géré par la blockchain, c’est l’ubérisation ultime, c’est même une perspective tellement puissante qu’il y a là une révolution sociétale en germe : acceptera-t-on d’être gouvernés par des ordinateurs ?

A-t-on les moyens de s’y opposer ?

Le mouvement est déjà en marche et la question qu’on peut se poser devrait plutôt être : Qui va nous imposer les normes de la blockchain ?

Le reste est pure science-fiction.

ON a marché sur la blockchain...
ON a marché sur la blockchain...

Publié dans Humeurs

Commenter cet article