Portrait d'une jeune femme

Publié le par CERISETTE

Je ne l'ai vue qu'une fois, mais nous sommes restées en contact et j'ai eu envie de raconter ce que je comprenais d'une jeune fille d'aujourd'hui

Elle a quelques paillettes dorées dans les yeux, une longue chevelure blonde, elle est grande mais gracile et souple, elle est simple mais lumineuse.

Elle me regarde bien droit, elle ne tortillonne pas ses mèches en parlant, elle ne cherche pas toujours à se mirer partout où elle passe. Elle le sait, qu’elle est belle cette Aphrodite, mais ce n’est pas Narcisse non plus. Allez, on dirait un peu un Botticelli, mais chut, pas la peine d’en rajouter.

Question entrée en matière : Elle n’esquive pas , elle nous parle franco, on sent une détermination jusque dans ce qu’elle se retient de dire. Elle rit franchement, elle montre ses émotions de la même façon. Ce n’est ni provocant ni impudique.

C’est la nièce…et peu importe, c’est une fille simple et superbe, une de celles dont on dit : « voilà une adorable colombe ».

Ce n’est pas non plus Miss Ukraine (c’est bien joli Miss Pays de l’Est mais enfin, il y a quelques inconvénients aussi…), ni ce qu’on appelle une blonde (tout dans les cheveux et trois neurones dans le crâne).

Non, ce serait plutôt le genre, sport, tonus, (mais pas non plus footballeuse, je dirais yoga et Qi Qong), vivacité, entrain.

Elle s’occupe d’elle, mais c’est délicat, ça reste chic et féminin. Elle est soigneuse.

Pas de jupe à ras.., pas de pantalons troués, pas de gros colifichets : maquillage léger, bouche mutine, allure légère.

Elle travaille pas en usine mais dans la com, ça lui va comme un gant, peut-être d’ailleurs qu’elle a idéalisé la com, à cause de son caractère.

Les fées de sa naissance lui ont apporté l’ouverture aux autres, la tolérance, les valeurs, le respect, la gentillesse (ben oui, c’est même une valeur qui revient en vogue tellement elle avait été rejetée dans la période précédente. Je me souviens qu’on m’avait dit, à moi : « Arrête avec ton humanisme dégoulinant », il y a….quelques  dizaines d’ années). La fée Lilas s’est penchée pour lui remettre le certificat de la générosité. C’est quoi la générosité ? Pour moi, c’est justement d’être attentive aux autres, de ne pas juger sans arrêt, de savoir aimer.

Il me semble qu’elle a compris ce que c’est qu’aimer, ce qui n’est pas forcément le cas de tout de monde et peut-être pas toujours celui d’une très belle fille. (Pour moi qui ne l’ai pas été, une très belle fille se contente d’être adorée….et si j’avais eu une fille, je lui aurais recommandé de faire un peu baver les hommes….tant qu’elle aurait été jeune..après tout, c’est un jeu !).

Je ne pense pas qu’elle s’amuse avec les sentiments (ou désirs) des autres, elle est trop sincère pour ça. Elle est du style : « je dis ce qui me plait, ou non, advienne que pourra).

Alors elle a vraiment beaucoup d’ami-e-s.  Je me demande toujours comment on peut avoir des milliers d’ami-e-s Facebook, et même si tous ne la suivent pas à la minute, elle attire toujours des approbateurs de tous les continents.

Elle a voyagé, c’est certain. Elle a même vécu aux US. Mais elle sait conserver ses ami-e-s, elle entretient les liens.

D'ailleurs les réseaux sociaux n'ont aucun mystère pour elle, et elle discute à l'aise dans le monde entier, qui est donc à son échelle.

Elle nous donne des nouvelles "temps réel", et encore, je ne suis pas dans son cercle le plus rapproché, mais on sait quand elle a trouvé un super job (j’adore sa candidature spontanée parmi des milliers et qui aboutit, elle est successful, la douce colombe), quand elle s’est pris une porte, une rebuffade !

Ma chérie, des portes et des fenêtres, tu vas t’en cogner quelques-unes, t’as tout : la beauté, l’amabilité, les valeurs (elle aime les animaux, elle est écolo, elle est féministe, elle refuse les exclusions, elle ne stigmatise pas, elle ouvre les bras).

Carabosse l’avait prédit : avec de telles qualités, l’humilité en plus, tu vas te heurter à la bêtise, ou quelque fois simplement à l’égoïsme, et toi qui donnes sans compter, tu vas te demander pourquoi,, tu vas même te reprocher ce que le ciel t’a donné…

Réfléchis : tu comptes parmi les princesses de ce monde, je ne me serais pas du tout occupée de faire ton portrait si je n’avais pas vu en toi tout ce que j’aurais aimé être et la fille que j’aurais beaucoup aimé avoir !

Je t’encourage donc, moi qui pourrait être ta grand-mère, ne change rien, persévère, dans le respect de toi, des autres et de la liberté.

Continue, ne t’occupe pas des poussières autour de toi, continue, c’est toi qui est dans le vrai, les valeurs, c’est ce qui est le plus important, c’est comme ça qu’on communique, par la source souterraine qui nous abreuve tous.

Publié dans Humeurs

Commenter cet article

Claire-Marie 02/12/2016 13:33

Quel joli portrait, quelle belle image de l'Homme, une éloge de la femme qui aurait fait envie à Victor Hugo qui, en plus de toute ces qualités, a observé l'ongle qui se trouve au bout de son doigt...
A méditer...