Cancer, Chimio, Champagne de Rocaya Paillet (Ed : La Plume et le Parchemin)

Publié le par CERISETTE

On n’a pas la même façon de vivre nos maladies ! Rocaya Caillet a le bonheur d’être animatrice à Réunion Première, donc une petite célébrité locale.

Elle a un fils de 6 ans quand, en début 2013, on lui détecte une tumeur au sein de 6 cm. D’abord opérée par tumorectomie, elle insiste, sur les conseils d’un grand ponte parisien, pour se faire enlever tout le sein 15 jours plus tard.

Elle se fait faire radiothérapie et chimiothérapie dans son île enchantée (car elle connait beaucoup de gens et c’est beaucoup plus convivial). La médecin cheffe de la chimio accepte qu’elle fasse venir ses copains avec la guitare et l’apéro pendant les séances de chimio, c’est tout de même autre chose que nos grands hôpitaux parisiens qui afficheraient au mieux des regards scandalisés, mais je pense que ce serait non dès le début.

Rocaya a pris du poids pendant la chimio, c’est fréquent parait-il, et elle avoue n’avoir jamais été aussi heureuse qu’à ce moment-là ?????

A part ça, ce qu’elle supporte le moins c’est l’hormonothérapie mais c’est normal pour une femme encore jeune et à qui ce traitement entraine la ménopause.

J’aime bien lire les témoignages des autres, celle-ci est très courageuse mais complètement à l’opposé de moi, c’est d’ailleurs pour ça que c’est passionnant.

Là où je la rejoins c’est quand elle écrit : « On s’aperçoit rapidement qu’être bien suivie compte beaucoup. Etre bien entourée aussi ! (….) Une présence suffit. Simplement quelqu’un qui vous soutient et vous fait comprendre qu’il est là pour vous, c’est tout ce qui importe. »

On est d’accord Rocaya…malheur à celles et ceux qui sont seul.e.s ,ou dont le conjoint en profite pour se faire la belle, ou quand votre famille est loin, a disparu, que vos amis se font rares….et qui plus est quand vos médecins sont beaucoup plus pressés et moins compatissants que ceux que vous avez croisés….

J’aime bien les phrases en créole qui émaillent le livre !

Publié dans santé

Commenter cet article