L'angoisse de la page folle

Publié le par CERISETTE

Je viens de lire le dernier livre d'Alix de Saint André : L'angoisse de la page folle (Gallimard).
Elle y raconte sa traversée de la folie, avec délires, hallucinations et HP (à Meudon, ça a l'air plus chic qu’ailleurs !). Elle a été victime du BACLOFENE, en 2008/2009. Il me parait qu'elle a bien failli y rester.
Ce que j'en tire :
- Alix de Saint André est "savoureuse" dans sa façon d'écrire, C'est toujours rempli d'humour et donc ça vaut le coup rien que pour ça.
- Au-delà, elle avait choisi d'être parmi les premières à tester l'usage du Baclofene pour combattre, dans son cas, non pas l'addiction à l'alcool (cas du feu DR AMEISEN qui le promouvait et l'avait testé sur lui-même), mais l'addiction à la cigarette. Ce médicament destiné initialement à aider les personnes atteintes de contractions musculaires (pas seulement les personnes atteintes de sclérose en plaques, mais aussi les fibromyalgies...), a été admis par l'ANSM (agence nat de sécurité médicament) pour traiter les addictions à l’alcool.
Ce médicament ne coûte rien presque rien, ce qui évidemment est très intéressant, et l'alcool tue beaucoup. On n'est moins regardant pour les maladies graves, vous pensez bien. (mais rien en justifie non plus qu'on achève les personnes dépendantes à l'alcool)
- Malgré les effets secondaires catastrophiques sur elle, on n'a pas pris en compte du tout ces aspects pour l'AMM.
- Quelques citations:
"J'ai bien fait de guérir, un cobaye mort n'est pas un bon cobaye"
"On en arrive à un point où, même morte, je n'aurais pas pu empêcher le progrès de la science-qui aurait marché gaiement sur mon cadavre vacciné"
Ce n'est pas morbide dans l'ensemble et ces citations ne sont là que parce qu'elles font écho pour moi.
Parmi le témoignages des partisans du Baclofene, un homme s'est dit libéré à la fois de : "l'alcool, la cocaïne, les cigarettes et même le sexe compulsif".....Cela me laisse songeuse....et....prudente.
- Alix de Saint André est drôle, c'est une journaliste de "ELLE" et quand je l'avais rencontrée à Saint Malo, il y a peu de temps, elle fumait pire qu'un pompier. Le "traitement" n'a donc pas tué son addiction, mais il semblerait au contraire l'avoir encouragée.
PS: Elle s'est convertie aux biondieuseries auxquelles elle n'adhère pas vraiment, à mon avis!

Publié dans Litterature, santé

Commenter cet article