Courrier International : notre laïcité

Publié le par CERISETTE

Je viens de lire une traduction d'un article du New York Time que je trouve très pertinente.

C'est sur l'excellent journal Courrier International, consacré aux français et c'est signé Paul Berman.

Le journaliste commente le concept de laïcité que le monde entier ne comprend pas. Il est vrai qu'il n'y a pas de traduction, dans aucun pays et dans aucune langue sur ce mot. Secularity en anglais, mais ce n'est pas la même chose. Or il existe2 grands pays laïcs au monde les USA et la France, avec des interprétations différentes dans chacun de ces pays. Je ne dis pas que d'autres pays ne sont pas laïcs, simplement ce sont les 2 pays qui ont inscrit la laïcité dans leur constitution.
Alors voilà, le journaliste dit bien que contraindre une femme à se déshabiller sur la plage, c'est consternant, et c'est vrai, on n'y revient pas. Mais en revanche, je trouve très juste que si, en France, nous avons tant de problèmes avec le voile, les prières dans la rue, les signes ostensibles, c'est que notre histoire s'est vraiment construite sur des affrontements avec des religions dont on n'a jamais voulu depuis qu'elles deviennent prosélytes. Et c'est vrai pour la religion catholique, jusqu'en 1905. En France on ne prête pas serment sur un livre si sacré soit-il, on ne place pas de crucifix dans les écoles, les mairies ou les tribunaux (cas de l'Italie, pourtant bien laïque aussi), on ne colle pas des figures de saints (cas de certains pays comme l’Irlande, la Pologne, l'Allemagne...) sur les murs et on ne porte pas le voile à l'école. Je pense que ce dernier débat, qui a fait parler de lui, est maintenant dépassé et que les musulmans eux-mêmes sont d'accord.

Et tout ça pour dire qu'il n'est pas question qu'une religion, quelle qu'elle soit, fasse du prosélytisme dans l'espace public. Partout ailleurs, chacun a bien le droit de manifester ses idées, de pratiquer ce qu'il veut, mais il ne faut pas que ça déborde sur tous les espaces publics.
Et de citer Voltaire au final (c'est mieux que les gaulois): "Je vous dis qu'il faut regarder tous les hommes comme nos frères."

Voilà, je partage donc.

Maintenant je ne pense pas qu'il faille s'effrayer de femmes en foulards, c'est juste triste pour elles. Je suis d'autant plus triste que je ne reconnais pas un homme (par exemple le commerçant tout sourire qui m'a vendu mon bouquet de menthe ce matin sur le marché) fondamentaliste s'il est vêtu comme tout le monde, alors que je vais peut-être stigmatiser la boulangère du coin qui a eu la fâcheuse idée de se coller un foulard sur la tête et qui est peut-être simplement pratiquante sans plus....

Publié dans Humeurs

Commenter cet article